Mettre en contact des lèvres et un sol
Arracher les oreilles
Mais de quoi pouvons nous nous réclamer

De l’écran s’échappent des déesses du muet
De mes livres l’Egypte et le Japon se détachent
De la pierre je me suis habitué
Avec les arbres je me suis fondu dans le grand un
Du tilleul centenaire embrasser les branches

Casser les bras
Arracher les fémurs
Détruire ce qui touche la nature
Du sang encore et encore et encore
Du sang sur le visage
Du sang comme unique horizon

De la musique dans les oreilles
Du sang dans les yeux
De l’arbre dans la bouche
De la pierre au dessus de tout
De la pierre comme surclassement
De la pierre comme autorité
Du marbre comme dieu

Mais pourquoi une peau
Mais pourquoi un filtre entre moi et le Monde
Mais pourquoi cette peur du dehors
La mousse m’envahit, s’infiltre dans les pores
La mousse avance, ne s’arrête pas
Ecorce, mousse, terre, envahissez-moi
Nature je reviens vers toi, mère de tous les hommes

De la terre aller vers le cosmique, l’infini, l’énergie
Nager dans la Voie Lactée, atteindre Orion
Mes lèvres touchent le baudrier d’Orion, majestueux et imposant
Mes doigts traversent sa matière et disparaissent

Oh, mon lord, je me fonds enfin dans le tout
Je m’oublie enfin, je me perds
Niyo j’oublie, Niyo je ne pense plus
Niyo mon cœur est transpercé
Niyo j’ai mal mais c’est le prix dérisoire

Une, dix, cents couches s’évaporent
Mon Moi apparais et se chauffe à l’étoile, étonné et surpris

Tant de beauté, tant de surprises
Et à quoi penser, à quoi se confier
A quoi faire confiance
Disparaître une dernière fois
Bruler les nerfs, faire disparaître la chair
Effacer l’humain, supprimer l’homme

Boire l’infini, caresser la lumière
Et de quoi se retenir devant le ciel
Et de quoi se dire que ce n’est pas pour soi
Et de quoi avoir peur devant la chaleur

Niman la musique est en moi
Niman l’harmonie me remplit
Niman la voix, la chanson me poursuivent et me comblent
Niman va de la bouche à l’oreille
Niman chante
Niman sors de ma gorge et illumine

Encore une fois sentir l’esprit humain
Encore une fois entendre une chanson
Encore une fois écouter la musique
Encore une fois pleurer la beauté


Novembre 2012

______________________________________________________________________________________________
               

Mes poèmes sont des créations personnelles et sont protégés par un copyright déposé en France.
Ils relèvent de la législation française et internationale sur le droit d'auteur et la propriété intellectuelle.
La copie, modification, adaptation, vente, traduction de ceux-ci sont interdites sauf autorisation expresse de l'auteur de ces poèmes.
______________________________________________________________________________________________